Notre histoire

La question du début de l’histoire de Source Nutrition revient régulièrement. Nous avons écrit une version synthétique dans “à propos”, mais nous voulions écrire une version plus personnelle, la voici.

Eté 2015 : Une meilleure nutrition à portée de main ?

Été 2015 : je consomme depuis quelques mois des repas complets à boire (mix nutritionnels), parce qu’ils permettent de se nourrir rapidement et que les aliments sont sélectionnés pour atteindre une cible nutritionnelle quantifiée.

Nous sommes amis depuis notre école d’ingénieur avec Alexis, et cela fait des années que nous sommes insatisfaits de l’offre alimentaire. Nous sommes les deux qui “cherchent toujours à bien s’alimenter” dans nos groupes d’amis. Alors quand je ramène mes mix nutritionnels à Alexis, ces repas conçus scientifiquement font l’objet d’une discussion effrénée. Notamment Alexis, qui est plus pointu que moi en nutrition, n’est pas convaincu sur l’aspect santé.

Ces repas sont équilibrés sur les macronutriments (lipides, protéines, glucides), mais cela ne garanti rien de la qualité de ces macronutriments. On peut avoir assez de lipides, protéines, glucides, et être pauvre nutritionnellement. Si on mangeait du sucre, de l’huile et des protéines uniquement, il nous semble évident que nous serions en mauvaise santé.

Les mix nutritionnels sont en majorité construits avec des ingrédients raffinés et des additifs alimentaires. Pourtant, la couverture nutritionnelle est bien plus forte avec des aliments plus complets et plus diversifiés. Obtenir ses apports en glucides par des fruits ou des céréales apporte en plus du sucre raffiné des nutriments complexes de ces plantes : diversité de formes de fibres, de macronutriments, de micronutriments, de phytonutriments. C’est la même différence qu’entre une lumière artificielle qui ne couvre pas le spectre lumineux et la lumière naturelle : la diversité du spectre est importante, et on sait aujourd’hui que le spectre complet de la lumière naturelle est nécessaire pour être en bonne santé.

En particulier, nous regrettons dans ces repas l’absence totale de phytonutriments pourtant prouvés comme nécessaires pour rester en bonne santé. La nutrition est une science complexe, et ne se limite pas aux trois catégories de macronutriments et aux vitamines et minéraux !

En synthèse, nous arrivons rapidement à la problématique actuelle de notre alimentation :

Rapide mais douteux pour la santé (fast food, plats préparés)
VS
Bon pour la santé mais long, cher et compliqué

La discussion se cristallise sur ce constat : on peut soit manger rapidement, par exemple ces repas en poudre (mais nutritionnellement discutables), soit bien s’alimenter, mais au prix d’une complexité importante, car il faut :

  • Savoir ce qu’il faudrait consommer : où acheter, quels types d’aliments
  • Avoir le temps de bien acheter … et régulièrement, car beaucoup d’aliments frais passent rapidement
  • Pouvoir cuisiner ou consommer : on a pas toujours une cuisine à disposition, ou le temps de préparer ses repas, et même pour la consommation, ce n’est pas toujours évident (en voiture, en randonnée ou au ski par exemple)
  • Pouvoir se le payer : bien s’alimenter coûte cher, les aliments frais, bio, de bonne qualité coûtent bien plus que les aliments de qualité basique

Si ces repas en poudre sont plein de promesses pour avoir accès à une alimentation rapide et pratique, Alexis propose de montrer qu’on peut faire mieux. Sucres ajoutés, sels élevés, ingrédients sans vérification de contamination et ingrédients raffinés… Il y a beaucoup de points améliorables. Comme tout technophile, nous avons rêvé de l'existence de repas en gélules, et ces repas en poudre sont ce qui s’en rapproche le plus mais il faut pouvoir garantir le critère santé.

Alexis se met donc en tête de chercher à vérifier qu’il est possible de produire une alimentation excellente pour la santé, à boire. Une sorte de Proof Of Concept (POC).

Le but est de vérifier la faisabilité prix bien sûr, mais ce n’est vraiment pas le plus difficile. Nous devons vérifier la possibilité d’atteindre nos cibles nutritionnelle, avec la stabilité des ingrédients et de leurs vertus santé sous forme de poudre. Le plus difficile est de trouver des fournisseurs de bonne qualité et qui proposent leurs ingrédients sous forme de poudre. Surtout que “de bonne qualité” est difficile à définir. Pour nous, le critère déterminant est “que nous souhaitons consommer nous-même au moins une fois par jour”, c’est à dire le plus exempt de contaminants toxiques (le label “Bio” permet souvent de répondre à cette question), et riche nutritionnellement parce que nous avons envie d’être en pleine forme !

La cible est donc un repas construit pour être le meilleur possible pour la santé, pour un profil standard d’adulte, actif, en bonne santé.

Automne 2015 : Premières versions de Vitaline et validation du concept

Quelques semaines plus tard nous avons une formule faite uniquement à partir d’ingrédients naturels, souvent Bio et riches nutritionnellement. Le goût n'est pas parfait mais nous pensons pouvoir améliorer la recette au fur et à mesure. Pour nous le principal est que la qualité nutritionnelle soit excellente : nous préférons faire des efforts sur le goût que d’accepter un compromis sur notre santé. Nous choisissons notamment du bio autant que possible pour garantir la faible teneur en contaminants, le temps de pouvoir effectuer des tests poussés sur chaque ingrédient.

En octobre 2015, nous consommons ces premières versions de ce qui sera Vitaline à environ 50% de notre alimentation (et ce chiffre n’a fait que progresser !).

Première conclusion : nous sommes trop heureux de pouvoir manger un repas excellent pour notre santé en quelques minutes. Avec notre recherche de bien s’alimenter, chaque repas prend un temps conséquent et est un sujet de stress quand nous ne savons pas ce qu’il y a dedans. Avec Vitaline, nous savons ce que nous mangeons, et ça prend 5 minutes de le préparer-consommer.

Les effets sur notre corps sont positifs : meilleure digestion et sensation de légèreté intestinale, pas de fatigue post-prandiale (surtout utile au déjeuner). Bonnes performances sportives et bonne récupération musculaire. D’après la théorie, nous pouvions nous y attendre : nous mangeons moins sucré, de meilleurs gras, plus protéiné, et Vitaline est riche en micronutriments et phytonutriments. Nous sommes de plus en plus satisfaits du goût. Nous en faisons de plus en plus tester à notre entourage, famille et amis proches pour prendre leurs retours.

Thibault Barnier, qui a été dans les discussions initiales du projet est notre premier gros consommateur hors de l’équipe depuis décembre 2015 (~30 repas par mois - high five !).

Hiver 2015 : l’aventure Vitaline se concrétise

Nous sommes partis en vacances de Noël avec de la Vitaline plein nos valises pour tester les premières ventes à nos proches. D’ailleurs, l’utilisation de Vitaline au ski est franchement la solution au problème éternel de la journée de ski standard : comment gérer le déjeuner ? Restaurant d’altitude : cher et long, sandwich : super lourd, difficile de se relancer… Vitaline c’est vraiment une super solution.

Ces premiers essais de ventes ont bien marché et nous sommes encore plus enthousiastes avec l’utilisation au ski. Alors en rentrant nous continuons à vendre, et commençons à les distribuer à vélo dans Paris... Et nous n’avons jamais arrêté de vendre depuis.

Printemps-été 2016 : montée en charge de la production, Alexis accepte une mission de conseil

Puisque nous réussissons à mettre en place les premières briques du produit, nous nous posons la question des prochaines étapes pour construire la société.

  • Doit-on chercher à faire une levée de fonds, au risque d’y consommer beaucoup de temps sans être sûr du résultat ? Surtout à ce stade où nous n’avons pas encore beaucoup de résultats business.
  • Doit-on se concentrer sur le produit et les ventes, au risque de ne pas assez structurer la société ?
  • Doit-on au contraire, structurer la société : recruter, former, commencer à déléguer, prendre un local… au risque de passer à l’échelle trop rapidement, ce qui est souvent cité comme la première raison d’échec des startups 1 ?

Au moment de ces réflexions, l’ancien employeur d’Alex lui fait une proposition de mission en freelance. C’est dans le secteur des compléments alimentaires, donc proche de nos problématiques et cette mission permettrait de financer la société pour quelques mois.
Il accepte cette mission de conseil, malgré le temps qu’il ne pourra pas passer à travailler sur la société, c’est un compromis que nous acceptons pour nous donner de l’avance financière.
Alex sera sur cette mission jusqu'à fin Septembre 2016.

Pendant cette période, je m’occupe de trouver des bureaux, faire les premiers recrutements, structurer les premiers process de la société...
Jusqu'ici nous n’avions pas de société : elle est déposée le 4 avril 2016. C’est le moment où les premiers bonheurs administratifs arrivent. Nous montons en charge sur la production en parallèle, et cela me prend trop de temps pour faire de la communication.

Octobre 2016 : début de la communication et augmentation des ventes

Nous avons stabilisé une bonne base d’early-adopters, qui nous permettent d’avoir des retours réguliers sur le goût de nouvelles formules, d’avoir un volume de production suffisant pour faire monter notre courbe d’expérience et améliorer nos process. Nous progressons aussi sur les achats : pouvoir passer des volumes de commande de plus en plus importants nous ouvre les portes de nouveaux fournisseurs, auxquels nous n’avions pas accès à petite échelle.

A l’automne, avec Alexis qui a terminé sa mission de conseil et est maintenant à 100% sur Vitaline, nous pouvons consacrer plus d’énergie à la communication. Nous ouvrons notre blog, et commençons à communiquer sur les réseaux sociaux.

Les ventes augmentent, nous vendions précédemment à des proches et proches de proches, nous vendons de plus en plus à du grand public que nous ne connaissons pas. En parallèle nous progressons sur le produit : le 17 novembre 2016 nous annonçons notre version 5, qui est plus saine, plus performante et meilleure en goût. Cette version engendre aussi une augmentation notable des ventes.

Nous travaillons en parallèle sur une solution pour les acides gras (très difficile de trouver de bons acides gras, sous une forme qui ne s’oxyde pas… nous en reparlerons :) ), de nouveaux goûts, et améliorer nos versions actuelles.

Nous avons plein d’améliorations dans les cartons, nous avons hâte de pouvoir vous en faire profiter !

Restez informés en vous inscrivant à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux pour en savoir plus !




Partager cet article